Le studio

The sound of silence(s) #5

Le 25 novembre 12.017, par Francois6po

Hello darkness, my old friend, I've come to talk with you again

Voilà la fin d’année qui pointe à l’horizon, et la présente chronique n’a pas été aussi régulière que je l’aurais voulu en début d’année. Allez, on va dire qu’il y en aura une autre avant fin décembre, en espérant que j’aurai des choses à raconter en plus des voeux et résolutions habituelles.

Faisons un peu le point sur l’écriture de Silences. Si la première moitié de l’année fut assez fructueuse en terme de production de contenu, le rythme s’est ralenti fortement à partir du mois de Juillet. On espère réussir à pondre quelques articles de plus d’ici à fin décembre, avant que les festivités du début d’Hiver ne nous assomme un bon coup.

Du côté du Chagar Enchaîné, en revanche, les choses avancent à un rythme soutenu et on peut dire que la fréquence de publication est passée de deux semaines à 1d2 semaines.

Mais pourquoi est-ce qu’on vous parle du Chagar dans un article consaré à Silences ? Parce qu’il y a un lien.

À l’origine nous n’avions pas prévu de publier une version Métal de la campagne - on en avait déjà parlé dans un autre article. Nous avions juste l’intention d’en évoquer les événements majeurs dans Silences. Mais au final on a décidé d’écrire la campagne, or elle s’appuie sur plusieurs mystères et petits secrets de Bloodlust, autant d’éléments que nous pensions expliquer dans Silences et sur lesquels nous sommes amenés à lever un bout de voile en avance. Le scénario en cours de publication au moment où cet article est mis en ligne en est un très bon exemple.

Donc, en plus d’être une campagne épique qui permet d’explorer Tanaephis, Eclats de lune est aussi une mise en bouche par rapport à SIlences. Cela n'enlève probablement pas grand chose à la frustration liée à l’attente de SIlences. Nous ne pouvons que vous présenter nos excuses pour le retard accumulé.

Une chose est claire en tout cas, même si nous avons plein d’autres projets que nous souhaitons faire aboutir, ils attendrons que nous ayons fini d'écrire les textes de la gamme Bloodlust.

But my words like silent raindrops fell, and echoed in the wells of silence